North Sails NEWS

NORTH AU SERVICE DE LA COUPE DE L’AMERICA

La finale de la PRADA Cup, dernière épreuve de qualification pour la 36e Coupe de l’America, se déroule ce samedi à Auckland en Nouvelle-Zélande et opposera deux grands challengers : Team INEOS UK et Luna Rossa Challenge, tous deux munis d’une garde-robe North Sails.

© COR 36 | Studio Borlenghi

Ce samedi 13 février débute à Auckland en Nouvelle-Zélande la finale de la PRADA Cup, la dernière épreuve qualificative pour la 36e édition de la Coupe de l’America. Elle opposera les Anglais de Ben Ainslie et son équipe INEOS UK aux Italiens de Luna Rossa mené par le duo Francesco Bruni/James Spithill. Le premier de ces challengers à remporter 7 points gagnera la PRADA Cup et le droit d’affronter en mars prochain Emirates Team New Zealand, le syndicat néo-zélandais vainqueur de la dernière édition (Bermudes, 2017).

Ces trois équipes en lice ont choisi de collaborer avec la voilerie North pour les voiles. Et ce n’est pas un hasard, North Sails a en effet équipé la majorité des challengers et défenseurs de la célèbre compétition et a remporté toutes les éditions depuis 1988. Ces équipes ont également bénéficié d’une technologie révolutionnaire du gréement et des voiles grâce à North Technology Group (North Sails, Southern Spars (mât) et Future Fibers) qui a joué un rôle essentiel dans la conception des monocoques à foils AC75 et du concept de voile épaisse.

La jauge autorise les compétiteurs à disposer de 38 voiles dont 28 voiles d’avant (en moyenne les équipes choisissent 7 à 8 tailles de focs) et 10 grand-voiles (réparties en deux ou trois modèles).

La pièce maîtresse de cette garde-robe reste bien entendu la voile épaisse. Constituée de deux peaux souples, cette membrane se situe entre la voile classique et l’aile rigide des précédents Class America (AC72 et AC50). Son origine date pourtant de 1927 ! C’est l’américain Lewis Francis Herreshoff (1890-1972) qui en est l’inventeur. Il est le fils du célèbre architecte naval Nathanael Herreshoff (1848-1938) qui a notamment conçu une série de voiliers victorieux de la Coupe de l’America entre 1893 et 1920. Il aura fallu attendre 90 ans pour que ce concept revienne et soit mis au goût du jour. Construite à partir de la technologie 3Di de North, la voile à double peau est dotée d’un mât en carbone, mesure entre 135 et 145 m2 et est affalable. Elle génère notamment une faible traînée aérodynamique et beaucoup de puissance modulable pour répondre aux nombreux changements d’allures de ces bolides. Elle a aussi l’avantage d’être plus légère qu’une aile rigide et de nécessiter moins de logistique. À l’avenir, elle pourrait même s’appliquer sur des bateaux plus conventionnels.

© COR 36 | Studio Borlenghi

North Sails France est directement impliqué dans cette 36e édition. Les dessinateurs Gautier Sergent et Julien Pilate travaillent pour Team INEOS UK sur la partie aérodynamique et conception de voiles depuis 2018. Responsable du plan de voilure au sein de l’équipe anglaise, Gautier Sergent souligne l’importance cruciale de chaque étape dans la préparation de la 36e Coupe de l’America. « Peu importe les années d’expérience, on ressent la pression de la même manière ou du moins autant lorsque l’on intègre un nouveau projet de Coupe. La nature de ces campagnes est que l’on se trouve dans des territoires inexplorés. Il faut oublier tout ce que l’on sait et repartir de zéro avec une perspective complètement nouvelle.

«La première mise à poste d’une voile est toujours la partie la plus stressante, explique Gautier. C’est le moment de vérité où l’on découvre si la géométrie est correcte ; la géométrie est un paramètre majeur dans les formes volantes. Viennent ensuite la mise en action et la mise sous charge des voiles. Nous travaillons avec des marges extrêmement serrées, et il y a peu de place pour l’erreur, précise Gautier. C’est passionnant de voir le bateau s’élever sur ses foils, et c’est aussi un énorme soulagement ! Tout est en mouvement et change pendant la phase de conception, et la première voile est notre moment de vérité. Ce jalon important nous fait officiellement passer à l’étape suivante, en testant beaucoup de choses. »

Force est de constater que l’équipe anglaise est montée en puissance depuis les PRADA America’s Cup World Series en remportant toutes leurs courses lors des Rounds Robins de la PRADA Cup en janvier. Les Italiens ont mené une solide campagne depuis le début des hostilités et restent très confiants. Cette finale promet d’offrir un spectacle grandiose et de haut vol dans la magnifique baie de Waitemata Harbour.