North Sails NEWS

OBJECTIF LA ROUTE DU RHUM POUR PALANAD 3

Après sa victoire sur la RORC Transatlantic Race fin janvier, Palanad 3 continue son programme d’entraînements et de régates en vue de la Route du Rhum 2022.

📸 Pierre-Bouras

En juin 2020, le propriétaire Olivier Magré et son fils Antoine mettaient à l’eau leur tout nouveau Class40 Palanad 3 (plan Manuard) avec en tête un programme ambitieux : participer à la RORC Transatlantic Race et à la RORC Caribbean 600*. Ces deux épreuves combinées à une saison complète de régates en Class40 cette année permettraient d’accumuler les milles nécessaires pour se qualifier à une épreuve mythique : la Route du Rhum, prévue en 2022.

Rappelons que la Class40 a fait ses débuts en 2006 dans la Route du Rhum avec 25 bateaux alignés au départ. Depuis, la classe a confirmé son engouement d’une édition à l’autre avec 44 coureurs en 2010 et 53 participants sur la dernière édition en 2018.

Le Class40 étant conçu pour naviguer en équipage réduit, Olivier Magré s’est entouré de deux autres marins aguerris pour constituer son équipe (le trois est d’ailleurs son chiffre porte-bonheur). Il s’engage tout d’abord avec Corentin Douguet, un coureur Figariste de renom et expert en météo et stratégie. Il fait appel ensuite à Luke Berry (Class40 Lamotte – Module Création), jeune et prometteur navigant, mais aussi co-équipier idéal en cas de montée au mât. L’expérience associée à la force de la jeunesse s’avère une combinaison gagnante. Fin janvier, le trio remportait avec brio la RORC Transatlantic Race en classe IRC et Class40 dans un temps de dix jours, 1 h, 43 minutes et 18 secondes. Cette transat d’environ 3 000 milles entre Puerto Calero (Lanzarote) et Antigua (Caraïbes) sert d’entraînement aux marins pour la Route du Rhum.

« La RORC Transat a été une excellente occasion de tester le potentiel du bateau au portant », souligne Olivier. Nous étions en concurrence avec un autre Class40 Redman, et nous avons pris beaucoup de plaisir à mieux connaître le bateau et voir à quel point nous pouvions le pousser. »

📸 Antoine-Dujoncquoy

Les Class40 ont des étraves arrondies (communément appelées scows) et leur design est optimisé pour la vitesse pure. « Avec tout le poids réparti à l’arrière et une quête de mât de huit degrés, ce bateau a des allures de planche à voile », observe Antoine. « La vitesse du bateau est comparable à celle d’un IMOCA, ajoute Olivier. Nous avons atteint 27 nœuds pendant la Transat. Même lors de notre trajet vers la ligne de départ à Lanzarote, nous avons pointé à 28-29 nœuds. Impressionnant ! Notre vitesse moyenne sur dix jours était de 14 nœuds. On parvient à maintenir des vitesses élevées sans forcer. C’est très grisant ! »

Olivier et Antoine reconnaissent tous deux le soutien qu’ils ont reçu des experts de North Sails pour exploiter le plein potentiel du bateau. Palanad 3 est équipé d’une garde-robe 3Di RAW 760, J1 et J2. L’équipage possède également à bord un A2, A5, A6 et un FR0.

Alan Pennaneach, technico-commercial chez North Sail et expert en Class40, avait rejoint l’équipage pour la Dhream Cup en juillet 2020 et avait participé à toutes les étapes, y compris les entraînements à bord, les tests de systèmes et le réglage des voiles. « Nous avons été ravis de notre expérience et de notre partenariat tout au long du développement de notre programme, témoigne Antoine. Les commentaires sont utiles et constructifs, le service client est excellent et les voiles ont répondu à nos attentes. Ce fut une expérience très positive ». L’ancien technico-commercial Laurent Tilleau, qui a récemment pris sa retraite, a également joué un rôle important dans la collaboration d’Olivier Magré avec North Sails, puisqu’ils ont couru ensemble pendant plusieurs années sur de précédents bateaux.

Antoine, le fils d’Oliver, a navigué pour la première fois avec des voiles 3Di en 2013, et il n’a pas été déçu. Il semblait logique de renouveler leur confiance à North Sails pour la nouvelle garde-robe de Panalad 3. « La réactivité des voiles procure une meilleure sensation à la barre, et bien sûr, sans compromettre leur durabilité. Notre premier jeu de voiles 3Di a duré pendant près de 4 saisons, et nous ne les avons pas ménagées. Avec un entretien régulier et approprié hors saison, nos voiles étaient en parfait état chaque fois que nous en avions besoin. »

Le 3Di est également plus léger et plus facile à manipuler que les matériaux traditionnels, tant à bord du bateau qu’à l’extérieur. La différence de poids était encore plus évidente lorsque l’équipage d’Olivier a prêté main-forte à un autre Class40. Nous avons été surpris par la légèreté de nos voiles après avoir porté les leurs. »

Le père et le fils apprécient tous deux la camaraderie au sein de la Class40. « Avant les événements et après les sessions d’entraînement, nous discutons entre participants du choix et de la conception des voiles, des formes de voiles, des réglages du gréement. Il y a de riches et fructueux échanges, c’est pourquoi nous apprécions cette classe et nous sommes ravis d’en faire partie. »

📸 Ed Gifford

La victoire de Palanad 3 dans la RORC Transat s’est jouée sur deux points essentiels : le départ et le fait d’éviter les pièges que représentent les zones de dévent sous les îles Canaries et les algues de sargasse. « Toutes les 20 minutes, nous devions faire un contrôle des algues, raconte Olivier. La meilleure méthode que nous avons trouvée était de créer un départ au tas volontaire pour se débarrasser des algues. » Pour les prochaines courses, ils prévoient d’ajouter un coupe-algues. L’équipe de Palanad 3 est composée de talents chevronnés. « Tout le monde est polyvalent et peut occuper n’importe quel poste de travail, et grâce aux compétences complémentaires de chacun, nous avons réussi à être dans les bons coups au bon moment.»

Avec près de dix nouveaux bateaux prochainement mis à l’eau, la classe sera encore plus compétitive et passionnante pour tous les participants. Olivier et son équipage espèrent passer le plus de temps possible à bord du bateau cette année. « Nous avions prévu de naviguer sur la Caribbean 600,* mais elle a été annulée, » explique Antoine. Donc Palanad 3 est reparti en Europe. L’équipe commencera à s’entraîner pour la saison et participera à la Normandy Channel Race en mai, à la Rolex Fastnet en août, puis  potentiellement à la Transat Jacques Vabre en novembre. « L’objectif final est la Route du Rhum, et je suis sûr qu’il y aura d’autres petites courses au programme pour continuer à améliorer le bateau, poursuit Antoine. Nous travaillerons dur pour nous entraîner quel que soit le déroulement des régates et nous allons nous concentrer sur le développement du bateau pour en exploiter son plein potentiel. Nous avons placé la barre haut pour atteindre nos objectifs ambitieux. »

*L’édition 2021 de la RORC Caribbean 600 devait avoir lieu en février 2021. Elle est reportée à l’année prochaine en raison des mesures sanitaires liées à la Covid-19.

📹  Images à bord de Palanad 3 – Courtoisie de Luke Berry