North Sails NEWS

UN DUEL ITALO-NÉO-ZÉLANDAIS POUR LE PLUS VIEUX TROPHÉE SPORTIF

Une rencontre tant attendue ! Demain mercredi 10 mars auront lieu les premières manches de la 36e Coupe de l’America à Auckland en Nouvelle-Zélande. Ce face-à-face opposera les Kiwis, tenants du titre, aux Italiens, vainqueurs de la Prada Cup.

© COR 36 | Studio Borlenghi

Quatre ans après leur victoire en 2017 aux Bermudes, Peter Burling et son équipage Emirates Team New Zealand s’apprêtent à affronter ce mercredi Luna Rossa, l’équipe italienne victorieuse de la Prada Cup. C’est l’aboutissement d’un travail acharné et de longue haleine, et les Néo-Zélandais ont la ferme intention de conserver leur titre de Defender pour avoir l’honneur de soulever la prestigieuse aiguillière d’argent une deuxième fois d’affilée.

Le mois dernier, les Italiens s’étaient qualifiés 7 manches à 1 face au syndicat britannique INEOS Team UK mené par le barreur Ben Ainslie. Une confrontation entre les deux challengers qu’on prédisait à couteaux tirés après la remarquable performance des Anglais lors des Round Robins en janvier, mais qui a vite tourné en faveur des Italiens très à l’aise dans le petit temps, des conditions de vent que l’on retrouve habituellement en février sur le plan d’eau de la baie d’Auckland.

Les premières régates officielles de la Coupe de l’America devaient débuter le 6 mars, mais elles ont dû être reportées de cinq jours en raison d’un confinement strict imposé dans la ville par le gouvernement néo-zélandais, la crise sanitaire oblige.

Pour prétendre au titre de vainqueur du plus vieux trophée sportif au monde, l’équipe gagnante devra remporter la série au meilleur des 13 matchs. North Sails équipe trois des quatre syndicats impliqués dans cette 36e édition de la Coupe de l’America.

© COR 36 | Studio Borlenghi

Ils ont dit :

Peter Burling, skipper, Emirates Team New Zealand

« Ces bateaux n’étaient qu’un concept il y a trois ans, et maintenant ils dépassent toute attente au vu de leur potentiel et de leur incroyable vitesse sur le parcours. Les performances respectives de chacun restent un mystère même pour nous. En définitive, tout régatier éclairé vous confirmera que si vous avez un déficit de vitesse, vous êtes hors-jeu. Nous avons tout mis en œuvre pour concevoir le bateau le plus rapide possible, nous avons particulièrement mis l’accent sur la faible traînée hydrodynamique, mais les Italiens possèdent également un très bon package et cela rend cette compétition encore plus excitante. »

 

Max Sirena, skipper, Luna Rossa Prada Pirelli

« La technologie de ces bateaux a placé la barre haut, et force est de constater le bond en avant dans cette Coupe alors que l’on est revenu à un format traditionnel de match racing. Je pense qu’il est difficile de juger les performances d’un bateau juste en l’observant naviguer. Nous savons que les Kiwis sont rapides, car nous les avons affrontés il y a deux mois et nous les avons vus à l’entraînement contre les Américains et les Britanniques. Mais nous en saurons plus demain après-midi si cette finale sera serrée ou non. C’est une opportunité unique pour nous et nous allons tout faire pour tenter de gagner. »

© COR 36 | Studio Borlenghi