North Sails LOFT NEWS

BOL D’OR MIRABAUD : LA PLUS COOL DES RÉGATES EN BASSIN FERME

La régate annuelle de voile la plus importante et la plus populaire d’Europe

Le Bol d’Or Mirabaud a débuté en 1939 et est aujourd’hui l’un des événements nautiques annuels les plus importants et les plus populaires d’Europe. Le parcours de 66 miles est d’une simplicité déconcertante : départ de la Société Nautique de Genève (SNG), navigation jusqu’à une marque au large du Bouveret, à l’autre bout du lac Léman, puis arrivée sur les quais de la SNG. Mais chaque année, le parcours offre un défi différent, qui incite les marins professionnels et amateurs à revenir.

Les monocoques et les multicoques partent sur des lignes séparées et contournent des marques différentes afin de minimiser les interactions entre les flottes. Le lac est connu pour ses vents légers et son eau plate, mais de temps en temps, de forts coups de vents viennent des Alpes. En 2019, une tempête à mi-parcours a apporté des conditions dignes des océans du Sud avec des rafales à 60 nœuds qui ont soulevé d’énormes vagues, ainsi que de la grêle qui a réduit la visibilité à presque zéro. Les concurrents ont été contraints de s’abriter et de baisser les voiles, mais grâce à des prévisions météo précises, les seuls dommages qui ont été causés étaient matériel.

© Jean Michel BILLY

Pour le Bol d’Or Mirabaud 2021, une nouvelle flotte monotype de TF35 à foils était de la partie pour la première fois. Pierre-Yves Jorand, directeur de North Sails Suisse et directeur d’équipe d’Alinghi, a travaillé avec son équipe et en étroite collaboration avec les concepteurs de ce catamaran innovant pendant plus de deux ans. « Le TF35 est un foiler monotype muni d’un système de contrôle de vol assisté électroniquement pour une meilleure stabilité de l’assiette.

Le TF35 est un descendant direct du Decision 35 du lac Léman et peut décoller avec une brise de 6 nœuds seulement. Ils ont été conçus pour être transportés dans le monde entier, mais l’un des objectifs déclarés est d’être performant sur les courses les plus longues sur les eaux suisses.

Pour y parvenir, les conceptions des voiles et des foils ont été soigneusement coordonnées. « Pour réussir, des échanges constants d’informations et une coordination permanente est essentiels », explique Patrick Mazuay, designer chez North Sails Suisse. « La surface des foils détermine la vitesse de décollage. Si cette surface est trop grande, cela ralentit le bateau à haute vitesse car le foil en forme de « T » reste tout le temps dans l’eau. Cela a une incidence sur les voiles qui étaient adaptées… donc, tout est lié. » Le plan de voilure à été réalisé en 3Di 870 RAW et comprend une grand-voile decksweeper, deux focs et un Gennaker 3Di Downwind 600.

© Jean Michel BILLY

Résumé de cette édition 2021
News complète sur le site du Bol d’Or

Victoire au bout du suspense pour le TF35 Ylliam XII Comptoir Immobilier Les 6 premiers sont arrivés en l’espace de 2 minutes : 19 secondes entre le vainqueur et le second, perchés sur leurs foils à plus de 25 noeuds pour leur premier vol de nuit à quelques mètres de la ligne d’arrivée ! Le grand vainqueur, Ylliam XII Comptoir Immobilier de B. Demole, aura eu besoin de 12 heures 49 minutes et 27 secondes pour entendre enfin le coup de canon libérateur. Le TF35 s’est imposé avec 19 secondes d’avance sur Zen Too, barré par Fred Le Peutrec, et 25 secondes d’avance sur Artexplora, barré par Loïck Peyron. Alinghi a franchi la ligne 9 secondes plus tard, Realteam 14 secondes après et Spindrift avec encore 6 secondes de plus… Autant dire que le moment était intense. Avec ces nouveau catamarans TF35, mais aussi d’autres monocoques très spectaculaires, le Bol d’Or Mirabaud est très clairement entrés dans une nouvelle dimension cette année. A noter que les 8 premiers bateaux en temps réel sont équipés quasi exclusivement d’un inventaire North Sails 3Di.

Bol de Vermeil
Le Libera hongrois Raffica s’est imposé après 14 h 07 23’’ de course et a conquis le Bol de Vermeil. Détenteur du Trophée depuis 2016, et vainqueur en 2019, il sera donc à nouveau candidat pour remporter définitivement le Trophée (ce serait son troisième!) l’an prochain. Mais attention, les lignes bougent, la flotte des monocoques évolue à grands pas! Grand animateur de la course, Thomas Jundt et son QFX à foils a longuement mené les débats avant de terminer troisième, derrière le splendide Luthi 1090 Katana de Philippe DeWeck, avec à son bord Michel Vaucher et Patrick Mazuay. Ces trois voiliers bénéficient de performances très différentes et ont joué à l’accordéon, se démarquant à tour de rôle en fonction de l’angle et de la force du vent du moment. Derrière ce beau podium, les leaders habituels de la catégorie des monocoques, menés par le Psaros 40 Notre-Dame Du Lac, puis les Psaros 33 Carpediem cube (L. Munier, G. Bordier) et Pétrel (M. Wettstein), n’ont jamais été en mesure de rivaliser avec le trio de tête mais réalisent une superbe performance ! D’autres prétendants, à l’image du Monofoil Gonet, ont peiné à s’extraire de la masse dans ces conditions très légères. Reste que le paysage évolue et que la suprématie de Raffica, qui demeure un « dinosaure » avec ses douze équipiers en équilibre instable au trapèze, finira bien par être contestée par des voiliers plus modernes. Mentionnons enfin certains exploits individuels, avec le 18 pieds de Cyril Peyrot, 43è au scratch !

Surprise surprise…
La flotte la plus nombreuse de ce Bol d’Or Mirabaud, celle des Surprises (95 inscrits), a été dominée de bout en bout par Miss Tick, skippé par Sarah Jaccaud. Grâce à sa persistance le long de la côte Nord, Miss Tick a creusé une avance impressionnante et contrôlé la régate de bout en bout, même si son avance a fondu dimanche matin. Il s’impose finalement avec 3 petites minutes d’avance sur VELASCO, barré par Arnaud Machado, et quelques secondes de plus sur Forum EPFL 1 (Yann Payen). Et coup de tonnerre chez les Grand Surprise : Carolive too, barré par Fabrice Rigot, a frappé un grand coup dans la catégorie des Grand Surprises en dominant la course de bout en bout et en terminant avec près de trois heures d’avance sur Little Nemo, de Bernard Borter, le grand dominateur de la classe. Blue Moon, barré par Charles André Haenggli, se classe troisième.

Chez les M2
Emineo aura vécu une belle demi-journée de gloire, avec une fin de course difficile et le retour gagnant de ses concurrents, Degroof Petercam Banque Privée, barré par Fred Moura, vainqueur de la classe, quelques secondes devant Swiss Medical Network (Didier Pfister) et deux minutes avant Patrimonium (Yannick Preitner).

© Jean Michel BILLY